Un déjeuner de soleil

12,00 11,40


Back Cover

La vie d’une femme a basculé lorsque l’homme aimé, s’est éloigné. Habitée par son fantôme et par le désir de comprendre ce qui lui arrive, elle s’interroge, déroulant au fil des pages un monologue à forte charge poétique qui la conduit en territoire inconnu.

Format 10 x 20 centimètres
Pages 76
Image de couverture J. Bastide et Paul-Emile Objar
Collection “ Thoth ”
Prix 12,00 €  11,40 €
(remise 5% liée à la vente en ligne)

Catégorie :

Extrait

Ainsi se souvient la narratrice: Ma grand-mère disait “ça fera un déjeuner de soleil” pour le linge mis à sécher l’été en plein midi. Le soleil mangeait toute la couleur, les robes perdaient leur éclat. Ce qu’on appelle faner, flétrir. De quelle étoffe suis-je faite? et quel soleil s’est nourri de mon âme? N’ai-je été qu’un déjeuner de soleil pour toi? (…)

Non! Quelque chose s’est ouvert avec la violence de ce non. Non! Et le monde se fracture. La terre se fend. Le vide prend place. Jusqu’à la respiration qui se fissure. Il faudra du temps. Beaucoup de temps pour que la vie se remette en place. Que l’herbe soit verte. Le cyprès vertical. Il faudra que le vent nettoie les poumons et toutes ses alvéoles. Il faudra que le pas se fasse plus sûr, qu’il donne confiance à ce qui le porte pour avancer sans trébucher. Il faudra que le soleil, la lune et les étoiles accomplissent les circonvolutions nécessaires. Il faudra le silence. Quelques bouts de joie. Un envol de paroles muettes. La solitude pour voir enfin un sourire apparaître. Il faudra que mes pieds nus marchent sur l’herbe. Que mon corps vivant, articulé, se mette en mouvement – se déplace.

Avis

Avis

  1. Sophie V.

    Un fantôme a pendu à la corde sa chemise immaculée et tu en as fait une « hantologie » de poésie.

    Tu as répondu à l’invite en prenant ton crayon blanc couleur chemise et en traçant sur les pages ombres un labyrinthe à découper. Tout le trop brillant et tombé à tes pieds. C’est le sésame d’entrée en crypte – ne pas être ébloui. La tâche aveugle devient alors l’œil d’un oiseau qui trouve, léger, son chemin.

    Pas de déni, pas de folie, tu as la main sûre dans la découpe du papier, qui laisse les mots se balancer au gré des jours que tu crées. Une dentelle dépliée, pour notre plus grand bonheur, me ramène enfant émerveillée à regarder ce que les ciseaux ont laissé dans la page blanche pliée, découpée puis déployée.

    Le miroir est traversé. Nous voici en poésie. Le regard comme une nouvelle chance traverse la peau, la paroi, l’histoire pour jouer avec la fibre.

    La chemise de coton est devenue de soie et l’on suit le fil dévidé.

    Pas de risque de se perdre, mais plutôt de se trouver.

    Petit poucet, droite dans tes bottes, tu égrènes les mots sur la corde, bien cousus pour pouvoir les laisser flotter librement, drapeaux tibétains de prière qui claquent au ciel et que ton art exhausse.

    Nous ne sommes plus hantés, mais poudrés de lumière pour un déjeuner de soleil où l’on gagne en vie.

Ajouter un avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spécifications

ISBN

978-2-36418-059-8

EAN

9782364180598

ISSN

1625 – 9173

Collection

Thoth

Format

10 x 20 cm

Pages

76

Prix

12,00 €

Dépôt légal

3° Trimestre 2020

Auteur

Jeanne Bastide

Editeur

L'Amourier éditions